Axe 3Gouvernance et acteurs de l’immobilier durable

L’immobilier durable implique un équilibre entre les dimensions économiques, environnementales et sociales. Les acteurs publics, privés, les associations et les modes de gouvernance utilisés pour maintenir cet équilibre sont les pierres angulaires de cet axe, notamment dans une perspective internationale voire géopolitique. Les freins systémiques sont cependant encore nombreux (Reed & Wilkinson, 2007 ; Galuppo & Tu, 2010 ; Turner, 2017 ; Christensen et al., 2021) : en effet, les parties prenantes engagées dans la gouvernance d’un projet sont hétérogènes, et chacun endosse un rôle inhérent à sa fonction ou à une légitimité recherchée.

La dimension incitative ou normative des politiques publiques doit ainsi être questionnée (Christensen & Gabe, 2019), tout comme l’effet des partenariats public-privé (Koppenjan & Enserink, 2009 ; Taburet, 2012). Enfin, face au risque d’approches trop techniciennes de la durabilité (Milanesi & Teresi, 2016), l’importance de la participation citoyenne dans la conception même d’un projet immobilier durable (Itçaina & Richez-Battesti, 2017 ; Smits, 2020 ; Fragny & Zadra-Veil, 2022) est aussi à souligner, à la fois comme méthode et comme obligation, de la concertation obligatoire à la co-construction.

  • En quoi l’immobilier durable induit-il un nouveau mode de gouvernance ?

  • Quels en sont les principaux et/ou les nouveaux acteurs ?

  • Sous quelles formes la participation citoyenne s’inscrit-elle dans les projets immobiliers durables ?

  • Quelles sont les stratégies des pouvoirs publics locaux face à l’enjeu de durabilité du bâti ?

25062019-IMG_9321-Florent JOLIOT (1).JPG

Crédit Photo : Ecocampus Provence : espace distributif sous verrière photovoltaïque. © Florent Joliot.

Références

Christensen, P. H., & Gabe, J. (2019). Public regulatory trends in sustainable real estate. In T. Walker, C. Krosinsky, L. N. Hasan & S. D. Kibsey (eds.), Sustainable real estate: Multidisciplinary Approaches to an Evolving System (p. 35-76). Palgrave McMillan.

Christensen, P. H., Robinson, S., & Simons, R. (2021). Institutional investor motivation, processes, and expectations for sustainable building investment. Building Research & Information, 1-15.

Fragny, B., & Zadra-Veil, C. (2022). Chapter 2. Collective innovation and living labs of real estate: an institutionalization of citizen participation? CIRIEC Studies Series, 3, 43-58

Galuppo, L., & Tu, C. (2010). Capital markets and sustainable real estate: what are the perceived risks and barriers? Journal of Sustainable Real Estate, 2(1), 143-159.

Itçaina, X., & Richez-Battesti, N. (eds.). (2018). Social and Solidarity-based Economy and Territory from Embeddedness to Co-construction. Peter Lang.

Koppenjan, J. F. M., & Enserink, B. (2009). Public-private partnerships in urban infrastructures: reconciling private sector participation and sustainability. Public Administration Review, 69(2), 284-296.

Milanesi, J., & Teresi, L. (2016). Normes et bâtiment durable : une emprise technicienne. Sciences de la société, 98, 64-77.

Reed, R. G., & Wilkinson, S. J. (2007). The structural and behaviourial barriers to sustainable real estate development. In ARES 2007: Proceedings of the 23rd American Real Estate Society conference (p. 1-12). San Francisco, USA, 11-14 april 2007.

Smits, L. K. M. (2020). User participation in housing developments. How the perceived level of influence affects residential satisfaction in participatory commissioning developments. [Master Thesis, Eindhoven University of Technology]. Pure.tue.nl

Taburet, A. (2012). Promoteurs immobiliers privés et problématiques de développement durable urbain. [Thèse de doctorat, université du Maine]. Tel.archives-ouvertes.fr

Turner, V. K. (2017). Obstacles to developing sustainable cities: the real estate rigidity trap. Ecology and Society, 22(2).